De retour…

Hello à vous,

Cela fait vraiment longtemps que je ne suis pas venue écrire ici. Pour tout vous dire, ces derniers mois j’ai beaucoup moins partagé, même sur les réseaux sociaux. Ce soir j’ai eu envie de vous écrire, de rouvrir mon ordinateur et de briser ce silence. Mais comment revenir après tous ces mois. Et puis, je n’ai rien partagé de vraiment personnel jusqu’à maintenant. Mais de quoi ai-je envie ? J’ai tellement changé en peu de temps, ma vie a été bouleversée et mes projets aussi. Donc je décide de me laisser porter, d’écrire avec le cœur, sur le son de musiques que j’aime.  

Bonsoir, ou Bonjour peut-être…

Je vous écris depuis mon nouveau chez-moi, car j’ai oublié de vous dire, j’ai déménagé. Ces derniers mois, ma vie s’est complètement transformée. Si je jouais à un jeu de société, je dirais que je suis tombée sur « retour à la case départ ». Que s’est-il passé ? Je me suis perdue dans une routine et une vie bien rangée, celle qui était mon but. Mais si j’avais la « forme », j’avais perdu le « fond ». Je me suis repliée sur moi. Pourtant, je répondais à toutes les attentes de la société. En couple, deux enfants, deux chats, propriétaire d’une maison, avec un job intéressant à mon retour de congé. Aujourd’hui, excepté mes enfants et mes deux chats, je n’ai plus rien de tout cela. Bien entendu, il y a eu des étapes. Celle de ma reconversion professionnelle entre autre.

Le syndrome de l’imposteur

Toutes ces remises en question on eu beaucoup d’incidence sur ma confiance en moi. En effet, mon but est de partager mes réflexions, apporter ma vision et mes astuces bien-être. Mais quand on est loin du bien-être, est-ce qu’on est toujours légitime pour partager ? J’ai cru que non, syndrome de l’imposteur bonjour.  Et puis, je me suis réveillée, j’ai réalisé que chacun de nous passe par des épreuves. Par des moments compliqués. Donc je suis loin d’être parfaite, d’avoir tout compris, d’ailleurs ma vie est encore en chantier. Mais après-tout, je ne suis pas seule dans ce cas. Et si nous pouvions partager, nous sentir moins seuls, évoluer ensemble. Apprendre à vivre nos émotions, à les ressentir sans en avoir peur et sans les cacher. Parce que la tristesse, la culpabilité, la détresse, ça fait peur. Mais TOUT PASSE, plus ou moins vite.

J’ai la possibilité de contrôler mes émotions

Ces derniers mois, j’ai expérimenté beaucoup d’émotions désagréables. Et expérimenté par la même occasion, un certain nombre de techniques, pour ne pas m’y noyer. J’ai compris l’importance de les vivre, de les ressentir, de les comprendre. Mais j’ai aussi pris conscience d’une chose qui a changé ma vie. Nous sommes maîtres de ce que nous ressentons. En tout cas, nous sommes maîtres des émotions dans lesquels nous restons bloquées. Ça fait toute la différence. Je pense qu’elles restent bloquées pour deux raisons. La première, parce qu’on ne les écoute pas. On ne veut pas les voir, ou entendre ce qu’elles ont à nous dire. La deuxième, c’est que même si on aimerait en sortir, on les entretient. Avec nos pensées, les musiques qu’on écoute, les gens que l’on voit ou qu’on ne voit plus aussi.

Difficile à croire

Si c’est la première fois que vous lisez ce type de propos, cela peut vous déranger. Je comprends. Avant je n’y croyais pas non plus. La première fois j’ai résisté. Quand même, elle se prend pour qui celle-ci, de me dire ça. Elle ne connait rien de moi, elle ne sait pas ce que je vie ! Et puis, ça a fait son chemin en moi. Au fil de mes lectures, des formations… Et si je me trompais, c’est vrai, on ne reçoit pas un mode d’emploi de nos émotions… Et peu de livres en parlent finalement. Alors j’ai essayé, j’ai continué à vivre mes émotions, à prendre le temps dont j’ai besoin. Puis de les laisser partir, ou de les inviter à partir plutôt, de changer d’énergie, pour attirer une autre émotion.

Les émotions, ce sont des messages que l’on reçoit pour notre bien. Que l’émotion soit agréable ou désagréable, elle est là pour NOTRE BIEN. Tout comme les voyants rouges des tableaux de bord de nos voitures. Donc il est important de toutes les accepter. Mais ça signifie aussi qu’une fois l’information passée, on n’est pas obligée de bloquer. Suivant les informations, on aura besoin de plus ou moins de temps pour digérer, encaisser. On apprend à se connaitre et on apprend a savoir combien de temps on a besoin. Quand le voyant rouge de ma voiture s’allume, suivant le problème, je mets aussi plus ou moins de temps avant de pouvoir l’éteindre.

Dans la peau d’une hypersensible

Mais en temps qu’hypersensible, les émotions m’ont très souvent submergées. Même celles qui ne m’appartiennent pas toujours. En mode « éponge ». Et j’avais tellement de mal à en sortir, parce que je ne savais pas que c’était possible, si je le décidais. Alors que devant moi, j’avais l’exemple presque chaque jour, avec mes enfants. Ils ont cette capacité de passer d’une colère monumentale, à l’apaisement, à une grande joie… Pour eux, c’est assez naturel. J’avais donc la preuve que c’est possible.

Donc si comme moi, vous êtes hypersensible, cette information peut vraiment changer votre quotidien. Parfois le matin je tombais sur une publication qui exposait des faits dramatiques, qui parlait de personnes, de la nature, d’animaux, de la planète… seule, devant mon téléphone, je pleurais. Puis pour la journée, j’étais dans cette énergie basse, déprimée, à fleur de peau. Il en était de même pour les appels téléphoniques de mes proches, de mes amis. Aujourd’hui, je pleure toujours bien-entendu. Mais j’ai la capacité d’en sortir, de retrouver de l’énergie. Ça prend plus ou moins de temps, suivant les événements, mais je me sens moins démunie. Et ça, ça fait toute la différence.

Car même en cas de gros cataclysme, qui va durer des jours, des semaines, je sais que je vais en sortir. Comme je l’ai dit plus haut, tout passe. Et on peut s’aider d’outils pour nous apaiser, pour adoucir ces périodes. J’en ai partagé quelques un sur Instagram, je vous invite à me suivre là-bas également, si ces sujets vous intéressent. Je me suis peut-être un peu répétée, mais je suis persuadée que c’est dans la répétition que l’on apprend et que l’on intègre. Et que de donner trop d’informations en même temps nous perd.  

La suite…

Je vous partagerais certainement plus de sujets que je ne peux que « survoler » sur Instagram. Je continuerais bien-sûr à vous partager des recettes, la cuisine végétale me passionne. Pour les conseils naturo, je ne sais pas encore comment je vais articuler cela, j’en dirais bientôt plus. Dans tous les cas, je suis heureuse de retrouver le chemin de ce blog, qui me tenais à cœur, et que je souhaite faire vivre. Dites-moi où vous en êtes dans votre vie, dans vos projets. Comment vous sentez-vous avec vos émotions ? Cela m’intéresse beaucoup. Si vous avez des attentes particulières sur ce blog, vous pouvez aussi me les transmettre ici.

Merci de tout cœur pour votre attention. A très bientôt.

Emma.

4 commentaires sur “De retour…”

  1. Coucou Emma !
    Je découvre ton blog avec ta Une sur Blogs Campus !
    J’ai hâte de voir tes prochains article !
    Par contre, une toute petite chose, c’est normal que la page bouge toute seule genre auto défilement ? Parce que c’est un peu perturbant notamment là, je suis en train d’écrire ce commentaire et je dois ramener ma souris vers le haut pour voir ce que je fais 😉
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    1. emmavegetalista

      Coucou ! Merci pour ton enthousiasme ! En effet, ce n’est pas normal. Je vais voir ce que je peux faire. Je crois que c’est sur certains mobiles que ça fait cela, mais je suis d’accord, ce n’est pas pratique du tout.
      à très vite, des bisous à toi aussi !
      Emma

  2. Merci pour ton partage, et tes mots.
    En tant qu’hypersensible, je me retrouve beaucoup dans tes propos.

    Christelle

    1. emmavegetalista

      Avec plaisir Christelle, oui dans notre quotidien, on se sent parfois un peu seule. Du coup on se sent moins seule quand on lit ou qu’on écoute des personnes qui ont aussi cette sensibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *